Handisport et sport adapté

« Constitue un handicap, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. »
(article 2 de la Loi n° 2005-102 du 11 février 2005)

 

Pour le grand public, le handisport et le sport adapté ne sont pas clairement identifiés. Pourtant ces deux termes ne désignent pas la même réalité. Précisions.

LE HANDISPORT EST DESTINÉ AUX HANDICAPÉS MOTEURS, VISUELS ET AUDITIFS

Encadré par la Fédération Française Handisport (FFH), le handisport concerne les personnes en situation de handicap moteur, visuel et auditif. Différentes catégories sont définies selon la nature et l’importance du handicap. La pratique handisport nécessite des locaux accessibles, du matériel spécifique et un encadrement compétent.

Le handisport est pratiqué en mode loisir ou en compétition. 25 disciplines figurent au programme des Jeux Paralympiques, dont 20 aux jeux d’été et 5 aux jeux d’hiver.

Le sport adapté s’adresse aux personnes en situation de handicap intellectuel ou présentant des troubles cognitifs

Parce qu’il s’adresse à des personnes déficientes intellectuelles ou présentant des troubles cognitifs, le sport adapté se caractérise par des règles particulières (souvent simplifiées). Sa pratique exige un encadrement et un accompagnement compétents. Les activités sont donc généralement développées au sein d’institutions spécialisées et animées par des éducateurs formés.

Exclu des Jeux Paralympiques en 2000, le sport adapté a refait son apparition dans la sphère olympique en 2012.